bickel-conférencier-santé-vitalité-auteur-dessinateur-BD-illustrateur
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Il n’y a pas à chercher de remède contre la fièvre, la fièvre est le remède.

L’élévation de la température du corps est un phénomène vital. La fièvre survient uniquement lorsque notre intelligence organique le juge nécessaire.

La fièvre joue un rôle important dans les fonctions immunitaire, métabolique, circulatoire etc.

L’élévation de la température permet au corps de mobiliser ses défenses immunitaires. Elle a une action directe sur les agents pathogènes tout en stimulant les défenses de l’organisme.

La fièvre permet de ramener certains dépôts, certaines substances à un état qui permettra leur mobilisation et leur transport par le sang dans le but de leur élimination (acide urique, cellules cancéreuses etc.). La fièvre stimule aussi les émonctoires (peau, reins, intestins, poumons).

Accompagnée de réactions comme la sudation, les éruptions cutanées, les expectorations, les sécrétions de mucus, la fièvre est le signe que le corps tout entier se mobilise pour se défendre et éliminer.

Respecter la fièvre, c’est respecter l’énergie vitale de l’organisme face à un trouble de santé.

De nombreuses expériences effectuées par le Pr. Lwoff de l’Institut Pasteur à Paris, ont montré, qu’à partir d’une température de 39° ou 39,5°, la majorité des virus (y compris celui de la poliomyélite) sont inhibés ou détruits.

D’autres expériences, comme celles menées par le Dr Mathew Kluger, confirment cette thèse.

Le Pr. Lwoff a injecté le virus de la poliomyélite à des lapins et a ensuite évalué leurs réactions à différentes températures. Plus les animaux avaient chaud, plus ils survivaient à la polio. Il a notamment observé que les lapins contaminés succombaient en masse dès qu’on leur inoculait un médicament contre la fièvre.

D’autres expériences ont consisté à injecter une substance toxique à des animaux à sang froid comme les lézards. Intoxiqués, ils cherchaient spontanément à s’exposer au soleil ou près d’une source de chaleur. Soumis à la chaleur, ils survivaient, alors que ceux qui étaient soustraits à la chaleur, présentaient un fort taux de mortalité.

Le Pr. Lwoff a passé une grande partie de sa carrière à démontrer scientifiquement le rôle salvateur de la fièvre.

Les travaux du Pr. Lwoff  ont été étouffés comme c’est le cas de nombreux génies précurseurs. Ses écrits sont devenus introuvables (normalement, on devrait les trouver dans les archives de l’Institut Pasteur). Les travaux de Lwoff ne figurent pas dans le cursus des études de médecine.

 

Les danger des antipyrétiques

Les médicaments antipyrétiques (aspirine, paracétamol …) vont décapiter tout ce système de défense.

Empêcher l’organisme de générer ses propres défenses immunitaires en  coupant la fièvre peut mettre la vie du patient en danger.

Par exemple, quand on nous répète constamment que la grippe provoque de nombreux décès : est-ce la grippe qui tue ou la bêtise humaine qui s’acharne à combattre les symptômes de la maladie ?

Il y a quelque temps, un médecin a été suspendu après avoir  causé la mort d’un nourrisson en prescrivant une dose trop élevée de paracétamol. En réalité, ce genre d’accident est fréquent mais rarement reconnu.

Que faire en cas de fièvre ?

La fièvre s’accompagne de phénomènes d’asthénie, de soif et d’anorexie. Ces symptômes sont bénéfiques, obligeant l’organisme à se mettre au repos.

Le fiévreux doit donc être mis au repos et rester au chaud en lui faisant boire de l’eau ou des tisanes non sucrées (éventuellement avec une mini dose de chlorure de magnésium).

Il ne faut surtout pas donner de fruits ou de jus de fruits, notamment s’il s’agit de fruits acides.

Il ne faut pas chercher à faire baisser la température avec de l’eau froide ou des enveloppements froids. Mettre un malade qui a une forte fièvre dans l’eau froide, c’est prendre le risque de le tuer.

L’hypothalamus joue le rôle de chef d’orchestre dans la montée en température. Il est le thermostat qui régule notre température corporelle.

Le seul danger réside dans le fait qu’il puisse être perturbé et déréglé par des traitements médicaux. Dans ce cas, une surveillance médicale sera nécessaire.

En conclusion, il ne faut pas avoir peur de la fièvre, bien au contraire. Elle représente une manifestation salvatrice de notre organisme et cette hyperthermie est une réaction normale à une situation de crise.

La fièvre permet la maturation du système immunitaire chez l’enfant.

Elle est la meilleure parade aux infections

 

Passionné par les méthodes naturelles de santé, j’ai suivi plusieurs formations dans les années 70, notamment avec André PASSEBECQ (Association «Vie et Action »)                                                             Le plus important pour moi ce ne sont pas les cours théoriques mais les expériences de vie que j’ai pu avoir sur moi et mon proche entourage. Ceci m’a donné une grande confiance en mon corps et ses capacités d’auto guérison.

                    René BICKEL mai 2017


Prochaines conférences de René BICKEL

– Samedi  20 mai de 11h à 12h                                                                                                                       Thème : Renforcer son système immunitaire

– Dimanche 21 mai de 11h à 12h                                                                                                                   Thème : Dans la jungle des méthodes alimentaires.

Au 2ème Salon Bio Grand Est à l’Hippodrome de Strasbourg- Hoerdt                           Du samedi 20 au dimanche 21 mai 2017 de 10h à 19h

https://www.salonbiograndest.com/

____________________________________________

Autres prochaines manifestations

Foire Éco- Bio d’Alsace à Colmar

Du jeudi 25 mai au dimanche 28 mai 2017

 Lieu : Parc des expositions Colmar

http://www.ecobio.alsace/

 


6ème “La bio est dans le pré” à Saint Antonin du Var le samedi 3 juin 2017  de 10H à 18h

 Lieu:  Château Mentone  à  Saint Antonin du Var

 Programme :     http://www.labioestdanslepre.fr/


 

Foire Bio Nature & Progrès de SIGNES (Var), avec le rassemblement citoyens « Consommateurs pas cobayes ! »

https://www.consommateurspascobayes.com/

Le Dimanche 4 juin 2017 de 10h à 19h


18ème fête de la bio et du Naturel à Correns (Var) les 19 et 20 août 2017

 

 

 

 

 

 

9 réponses

  1. Bonjour Monsieur

    Je suis ouvert à cet état d’esprit et je partaje votre point de vue et gratitude aces medecins chercheurs.

    Je peut vous affirmer avoir tester cette méthode plusieurs fois sur ma fille de 3 ans et 3 mois et ça a fonctionné très bien jusqu’à maintenant mardi 23.11.2021 où à partir de 12h la fièvre a commencé à monter en au-dessus de 39,5°.

    Je vous explique la situation

    J’ai l’impression que le virus est très puissant. Car ma fille qui habituellement en une nuit de fièvre guerissait et le lendemain était en pleine forme avec un pic de temperature la nuit atteignat 40 ° sur un interval de 20 à 40 minutes maximum. Maintenant elle a passé 20 h de fièvre au-dessus de 39.5 ° et l’organisme n’a pas réussi à neutraliser le virus complètement et maintenait même si la température etait toujours au-dessus de 39,5°( antibiotique naturel ). Mais le corps commençait à s’affaiblir elle ne voulait plus boir d’eau ni manger elle ne pouvait plus se tenir debout. J’ai décidé avec ma femme : Elle est sous antibiotiques et dolipran depuis mercredi 10h30 (doliprane donné une 1ère fois por 4 kg /13kg et une seconde fois pour 6kg/13 kg toujours en-dessous des doses prescrites. Ensuite plus de doliprane donné que antibiotique) afin qu’elle puisse récupérer en energie car pour le moment je n’ai pas trouvé une autre alternative vu que c’était précisé quelques heures dans le materiel, je me suis dit 20 h de fièvre antibiotiques c’est plus que quelques heures.

    je pense que c’est un virus non naturel car en 20h de fièvre il a reussit à affaiblir l’organisme de ma fille

    Si vous connaissez d’autres méthodes afin de ne plus avoir recours aux antibiotiques et dolipranes externes je suis preneur.

    Merci de votre échange

    1. Bonjour

      Désolé pour la réponse tardive (je suis noyé dans les nombreux mails et messages).

      Personnellement je ne cherche pas de remède et surtout pas contre la fièvre.

      La fière est programmée et gérée (ou contrôlée) par notre intelligence organique.

      Par le passé j’ai eu plus de 4 jours de forte fièvre puis elle s’est arrêté comme elle est venue.

      Désolé de faire court.

      Cordialement

      René BICKEL

  2. Bonjour René, j’ai 73 ans dans quelques jours mais lorsque j’étais jeune, le pédiatre me prescrivait toujours du “prénoxan” ou de “l’algotropyl” pour mes 2 petits garçons dès qu’ils dépassaient 38° de température – En tant qu’aide-soignante dans une grande clinique de Pessac près de Bordeaux… ((je me suis toujours refusée de les traiter avec ces médicaments)) … un jour j’ai demandé à un anesthésiste de mon service son opinion sur ces traitements, et il m’a répondu que j’avais raison sur toute la ligne et qu’il s’agissait de réfléchir pour comprendre le non-sens de ces prescriptions médicamenteuses (surtout à partir de 38°) – pourtant après le 1er “tétracoq” de mon fils aîné j’ai eu très peur, il avait presque 41°j’étais complètement affolée, alors j’ai appliqué ce que j’avais étudié dans mes cours d’aide-soignante “le bain chaud” que j’ai refroidis petit à petit et cela a très bien marché Dieu merci mais j’ai eu très peur- Merci pour votre article très bien expliqué.

  3. cher rené
    j’ai aimé ton article sur la fièvre et suis d’accord avec toi sur tous les points sauf un :
    Il ne faut pas chercher à faire baisser la température avec de l’eau froide ou des enveloppements froids. Mettre un malade qui a une forte fièvre dans l’eau froide, c’est prendre le risque de le tuer.

    Non !!! Si la fièvre est vraiment trop intense et donne des convulsions, par ex, un bain froid la fait descendre de manière douce et naturelle. On ne risque pas de le tuer !! Dans mes 50 ans de pratique médicale, je n’ai jamais vu une personne souffrir d’une peu de froid (enveloppements ou bains ) en cas de fièvre devenant dangereuse par excès.

    1. Bonjour Tal
      André Passebecq nous avons souvent répété l’histoire d’un naturopathe de sa connaissance qui a tuer sa femme en la mettant dans un bain froid pour faire baisser la fièvre.
      Personnellement je peux exposer le cas de nos 3 enfants. Nous n’avions même pas de thermomètre pour prendre la fièvre. Quand il arrivait qu’un de nos fils était “brûlant” il allait au lit avec de l’eau additionnée avec un peu de chlorure de Mg. Le lendemain il allait à l’école en pleine forme. Si nous leur avions fait baisser la fièvre (eau,enveloppement froid ou médicament) je pense qu’ils ne seraient pas été en pleine forme le lendemain.
      Les convulsions font peur et pourtant c’est un processus qui accélère la guérison.
      Quand j’ai eu l’occasion de faire de la fièvre je restais et me sentais bien au chaud. Je n’avais naturellement et instinctivement aucune envie que l’on me mette du froid.
      Amicalement
      René

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.