bickel-conférencier-santé-vitalité-auteur-dessinateur-BD-illustrateur
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nous sommes la seule espèce sur Terre à consommer le lait d’une autre espèce, après le sevrage ainsi qu’à l’âge adulte.

Il est effarant de voir les énormes quantités de produits laitiers sur les étalages des supermarchés. Cette forte consommation de produits laitiers est liée à une profonde ignorance sur les effets de ces substances sur notre santé.

Pour démontrer cet impact négatif, il n’y aurait même pas besoin de se lancer dans des recherches scientifiques. Les innombrables témoignages provenant de personnes ayant eu des résultats formidables sur leur état de santé, suite à la suppression des produits laitiers, suffiraient à le démontrer.

Le lait de vache est néfaste pour la santé :

– Indigeste

Le lactose et les graisses saturées présents dans le lait sont mal digérés. Par manque de lactase (une enzyme), le lactose du lait ne peut être hydrolysé pour produire du glucose.

La caséine se colle aux parois intestinales et peut créer des inflammations.

– Allergène

Les protéines de lait de vache en quantités trois fois plus importantes que dans le lait maternel peuvent entraîner  des allergies et des pathologies telles que l’asthme, l’eczéma, une fatigue aiguë, des migraines et toutes sortes de maladies inflammatoires se terminant en « ite » (colite, bronchite, otite, rhinite etc.).

– Facteurs de croissance pathogènes

Le lait de vache apporte d’énormes quantités de facteurs de croissance qui vont booster la prolifération des cellules, et en particulier les cellules précancéreuses et cancéreuses.

– Maladie auto-immune et diabète

Le lait de vache contient de l’insuline bovine que notre système immunitaire ne reconnaît pas. Cette insuline étrangère, bien que très similaire à celle de l’homme, est donc attaquée par des anticorps. Ces mêmes anticorps ne feront ensuite pas la différence entre l’insuline bovine et la nôtre. Cela peut provoquer une maladie auto-immune dans laquelle nos anticorps détruisent les cellules bêta du pancréas, d’où risque de diabète.

– Gros problèmes de santé (liste non exhaustive)

Maladie de Crohn, cancer (colon, sein, estomac, pancréas, prostate etc.), allergies, arthrite, arthrose, rhumatismes, constipation, fatigue chronique, intolérance au lactose.

Le mythe du calcium « bon pour les os » est faux

Des études scientifiques ont démontré qu’au lieu de renforcer les os, le lait de vache produit l’effet inverse. Il engendre une acidité causant une décalcification des os. Les peuples qui consomment le plus de produits laitiers au monde sont le plus victimes de déminéralisation, d’ostéoporose, de fractures du col du fémur etc.

Nous trouvons suffisamment de calcium et autres minéraux indispensables dans les végétaux. Le manque de calcium est le plus souvent causé par des fuites de calcium engendrées par une alimentation et un mode de vie acidifiants.

Facteurs de croissance inadaptés

Le lait de vache contient de grandes quantités de facteurs de croissance pour répondre aux besoins du veau.  Ces facteurs (même s’ils contribuent à la croissance des enfants) sont complètement inappropriés pour l’humain. Ils contiennent des informations génétiques incompréhensibles pour le corps humain.

Lait dénaturé

Avec l’élevage industriel et la gestion l’industrielle du lait, les produits laitiers d’aujourd’hui sont très différents de ceux que prenaient nos ancêtres. Les vaches sont bourrées d’antibiotiques pour lutter contre les infections (mammites). Mammites dues, la plupart du temps, aux conditions d’élevage malsaines.

Veau arraché à sa mère

Après sa naissance ou dans les jours qui suivent, le veau est brutalement enlevé à sa mère. Fréquemment, les vaches meuglent sans relâche les jours qui suivent cette séparation pour appeler leur veau.

Publicités indécentes

Des publicités malhonnêtes vantent les bienfaits du lait de vache sur la santé, allant même jusqu’à qualifier les produits laitiers comme étant « Nos amis pour la vie », « Le lait, une force de la nature », « Les produits laitiers, des sensations pures… » etc.

Des médecins et des diététiciens ignorants, ainsi que des experts corrompus, continuent de recommander une surconsommation de produits laitiers pour faire des os solides.

On estime, qu’actuellement, près de 70% des terres agricoles dans le monde sont destinés à la production d’aliments pour le bétail. La réduction ou suppression de consommation de la viande et des laitages transformeraient nos paysages agricoles et pourraient résoudre les problèmes de malnutrition dans le tiers-monde.

René BICKEL – Novembre 2018

[/et_pb_text][et_pb_divider color=”#000000″ divider_weight=”3″ _builder_version=”3.17.6″]

[/et_pb_divider][et_pb_text _builder_version=”3.17.6″ text_font=”Arial||||||||” text_text_color=”#8300e9″ text_font_size=”18px”]

4ème Congrès International de Santé Naturelle les 8 et 9 décembre 2018 à Marseille

Parc Chanot- Parc des Exposition Rond-Point du Prado 13009 Marseille

Stand + Conférence de René BICKEL : “Renforcer son immunité c’est pas sorcier”. Samedi 8 décembre de 9h10 à 10h Salle Méditerranée

https://www.ipsn.eu/evenements/evenement/ipsn4eme-congres-international-de-sante-naturelle/

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

7 réponses

  1. Je suis intellectuellement d’accord avec vous, mais c’est parfois bien difficile de renoncer totalement aux produits laitiers. Je les ai fortement diminués mais pas encore assez je pense puisque je souffre d’inflammation.
    En fait, je zigzague entre mes efforts pour lutter contre mon inflammation et mes besoins en protéines pour renforcer mes muscles souvent bien douloureux après mes randonnées.
    Dommage que je sois à Paris et non pas à Marseille…

      1. Est-ce réellement mieux avez-vous déjà regardé ce que mangent les poules… Je ne parle de celles que l’on a chez soi au coin de la maison. Pour le lait c’est la même chose on a tellement tout dénaturé par des croisements, la recherche génétique et agroalimentaire nous avons des vaches, des poules des cochons de compétition…. recherchons ailleurs dans les vieux aliments mais pas facile souvent c’est un toute il ne suffit pas d’éliminer un seul groupe d’aliments mais de repenser au toute…

    1. Marie-Christine, les légumes et les fruits contiennent TOUS des protéines, quant aux oeufs, ce sont des protéines de hautes qualités, achetez-les bio, ou mieux, provenant d’un magasin de producteurs indépendants où des fermiers que vous pourrez rencontrer sur leurs exploitations. Idem pour les maraichers. Vous pourrez aussi en apprendre plus en lisant les livres du Dr Walker Norman, scientifique mondialement reconnu dans le domaine de la biologie, de la santé et de la nutrition : Votre santé par les salades crues et la diététique ET Votre santé par les jus frais de légumes et de fruits. Dans ces livres chaque végétaux a été décortiqué et y figure dans un tableau où vous aurez au gramme près leurs nutriments et également l’action de leurs bienfaits et interactions dans notre organisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.