Alors que l’Allemagne, le Japon et d’autres pays industrialisés projettent la sortie du nucléaire, la France persiste et s’entête à faire perdurer cette source d’énergie dépassée. Faire fonctionner cette vieille « marmite » contaminée dans une région à forte densité de population montre le degré de bêtise et de corruption de la part de nos experts et politiciens, avec à la tête un faux-jeton irresponsable.

Sarkozy s’est livré à des propos d’une bassesse inqualifiable. Il s’est gaussé sur l’absence d’opposants alors que tout a été mis en place pour empêcher l’organisation d’une manifestation (Communication tardive sur les horaires, pont du Rhin bloqué et manifestants refoulés à 3km de la centrale).  « Les opposants ont peur de se montrer » déclare Sarkozy alors qu’il a refusé d’être confronté aux 5 collectifs anti-nucléaires qui ont demandé à être reçus. Il a préféré être entouré de lèche-bottes, davantage  préoccupés par le pouvoir, l’argent et le prestige que par l’état de notre planète.

Par les vents dominants, l’Allemagne,  pays qui a  choisi d’arrêter le nucléaire, est le plus exposé à la dangerosité de la centrale de Fessenheim. Merkel va-elle continuer à encenser son partenaire européen ?

Lorsque la France de Giscard est passée au « tout nucléaire », il a fallu pousser à la consommation par la promotion du chauffage électrique. Une méthode de chauffage stupide, car gaspilleuse et inefficace,  comme on peut le constater  par le grand froid que nous connaissons actuellement.