Microbes et virus ne sont rien, le terrain est tout

Coluche a dit que le  SIDA s’attrape surtout dans les journaux. Pourrait-il dire la même chose pour la pneumonie atypique la grippe aviaire et porcine ?

L’OMS, via les médias, entretient régulièrement des peurs en agitant l’épouvantail de soit disant virus venant du bout du monde pour envahir la planète entière. Tout cela n’a pas de bon sens.

A l’échelle planétaire, comparé à la mortalité liée à d’autres maladies ces « épidémies » ou « pandémies » sont ridiculement dérisoires. Ces syndromes sont promus au rang d’épidémie planétaire alors qu’en même temps,  combien d’enfants dénutris du tiers-monde sont tués ou handicapés par des vaccins inutiles ?

Dans les pays développés, se sont des problèmes de santé liés à une mauvaise hygiène de vie comme l’obésité, le diabète, les cancers, maladies cardio-vasculaires qui atteignent un niveau épidémique.

Il est vrai que les maladies dites contagieuses font recette dans notre monde intoxiqué par le dogme du méchant microbe au service du Dieu Argent. Le dogme de la transmission de la maladie par contact n’est pas exact car toute maladie est liée à des causes et, normalement, lorsque la cause disparaît, l’organisme se rétablit spontanément.

Les maladies dites infectieuses évoluent naturellement vers la guérison. Les décès ne peuvent qu’être imputés à la fragilisation du système immunitaire lié aux traitements médicaux et surtout à la peur. N’oublions pas que le terrain est particulièrement affaibli par nos peurs et nos croyances négatives et limitées qui nous sont inculquées depuis des siècles. Nos croyances créent notre réalité et c’est particulièrement vrai dans le domaine de la santé. Nous avons en nous tout ce dont nous avons besoin pour vaincre la maladie, garder la santé et vivre heureux.

Les expériences de Pettenkoffer

Les expériences démontrent que les microbes et virus seuls ne peuvent développer une maladie. Par exemple, alors qu’il donnait un cours à l’université de Vienne, le Dr. Pettenkoffer avala la contenu d’un verre rempli de millions de germes vivants de choléra face à un auditoire ahuri auquel il s’est contenté de dire :« Voyons si j’aurai le choléra » Son assistant, de Kruif, a écrit que le verre contenait des millions de bacilles virgules se tortillant, assez pour infecter tout un régiment. Le Dr. Pettenkoffer ne développa aucun symptôme Des expériences de ce genre ont été multipliées partout à travers le monde avec toutes sortes de microbes et virus. Elles ne sont jamais portées à la connaissance du grand public, car trop gênante pour les affairistes de la maladie qui préfèrent garder leur « troupeau » apeuré.

Il a été démontré que le chlorure de magnésium et la vitamine C sont capables de guérir des maladies comme la diphtérie, le tétanos, de prévenir ou stopper l’évolution de la polio, cela confirme bien que les maladies dites infectieuses sont avant tout une affaire de terrain.

J’ai personnellement vécu une expérience dans les années 70.à l’époque de ma conversion vers la vie saine. J’ai consulté un médecin afin d’obtenir un arrêt de travail suite à une forte fièvre due à une infection générale que j’ai développé à partir d’un abcès dentaire. Le médecin, complètement affolé, voulait me faire hospitaliser d’urgence pour me mettre sous antibiotique et me faire opérer de l’abcès. Finalement je suis resté à la maison et je n’ai pas laissé la peur prendre le pas sur la confiance. J’ai pris du chlorure de magnésium, j’ai jeûné, et tout est rentré rapidement dans l’ordre. Ce n’était qu’une bonne crise de nettoyage au bout laquelle j’ai trouvé une grande forme et les microbes à combattre à coup d’antibiotiques n’y étaient pour rien.

Guerre bactériologique

 Si nous avions affaire à une guerre bactériologique, en appliquant les facteurs naturels de santé avec une alimentation vivante, alliés à de bons compléments alimentaires comme la vitamine C et le chlorure de magnésium, nous n’aurions absolument rien à craindre. Cela est aussi vrai pour des maladies créées par combinaison de plusieurs virus réalisée en laboratoire. Même si des « scientifiques » créeraient  et dissémineraient des substances particulières qui détruisent l’immunité, plus nous cultiverons la santé, plus nous serons résistants aux agressions artificielles.

Cet article est également disponible en : Anglais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *